top of page

Voyage en Suisse !

Le mois de février rime avec carnaval ! En effet, dans le monde entier ce sont des défilés colorés qui animent les rues aux couleurs des différents folklores du monde. Des Antilles à Nice en passant par Dunkerque, beaucoup de villes font la fête pendant quelques jours avec en points communs déguisement, sourires, musique et bonne humeur. Pour 2023, avec Théo nous nous sommes dirigés vers la Suisse pour répondre à l'invitation d'Oliver Fisher directeur de la "Socity International of Rudimental Drummer". Oliver est Suisse et il nous a gentiment invité à venir découvrir avec lui le Fastnacht 2023, c'est à dire le carnaval de Bâle. Celui-ci est tourné autour de la pratique du tambour et des fifres, on peut même dire que c'est le berceau mondial de ce type de groupe folklorique. Cet évènement de 72 heures regroupe des milliers de participants écoutés par près de 200 000 spectateurs !


Le lundi 27 février, nous voilà donc arrivés à "Basel" ! Nous n'avions pas vraiment préparé le voyage et nous voulions vraiment découvrir cet évènement de l'intérieur grace à notre ami Oli. En l'attendant, nous découvrions la ville et la quantité incroyables de groupes présents ! Pour cette première journée, les groupes défilaient de façon désordonnée et aléatoire dans la ville. Peu importe l’effectif, seul ou jusqu’à près d’une centaine, les musiciens déambulaient dans les ruelles de Bâle avec des déguisements recherchés et souvent très bien réalisés. Points commun, chaque clique est masquée ! Le masque est en quelque sorte l'emblème du fasnacht. La taille du visage amplifiée, les traits de visages grossiers, avec de gros nez difformes, ou des yeux immenses, cela pourrait faire penser à la Comedia dell'Arte italienne. Il s'agit vraiment d'une tradition Baloise puisque même au sein des concours instrumentaux de haut niveau ces masques sont portés fièrement.

Après avoir bu notre première mousse et mangé notre hot dog dans la fraicheur Suisse, Oliver était en vu ! Il était dans une énorme clique de tambours et fifres de près d’une centaine de participants déguisés en un mélange de prisonniers amérindiens. La qualité de jeu était impressionnante ! Près de 40 tambours jouaient tout à fait ensemble, sans la moindre erreur, pendant des heures. Le niveau technique est extra-ordinaire. On pourrait même se demander sil s’agissait vraiment d’une fête de carnaval comme on peut le voir à Rio, Cassel, Saint Anne. Habituellement dans ces villes, on fait essentiellement la fête. L’important c’est de participer, petits et grands se rejoignent pour jouer des airs traditionnels. Ici, on sent que le niveau musical est vraiment important! Chacun essaye de faire de son mieux et s’applique à restituer au mieux ce qu’il doit jouer.

A la pause, Oli en profite pour nous présenter les quelques étrangers présents également, des Finlandais, des Hollandais et des Allemands mais aussi l'un des membres des célèbres Top Secret drum corps. C'était le moment aussi de profiter d'une spécialité locale. Une sorte de vin chaud avec du kirsh, excellent pour s

e réchauffer et pour échanger avec les tambours étrangers! Théo était félicité pour son interviention lors du Symposium de Portsmouth et il y avait vraiment un engouement au tour du projet Orbatum. Le fait d'associer un projet artistique à une démarche


pédagogique avec une présence en ligne semble intéresser ces passionnés.


Et c'est assez amusant d'échanger la-dessus, nous qui essayons également de nous inspirer de ce qu'il se fait notamment en Suisse et dans le monde !


Après une nuit reposante, nous voilà repartis pour la deuxième journée dédiée cette fois ci aux enfants. Les plus grands battent la caisse dans les ruelles, les plus jeunes attaquent les touristes à coups de confettis lancés au visage ou vidés depuis une passoire télescopique sur la tête. Les tous petits sont eux dans des charrettes tirées par les parents occupés de distribuer et manger des sucreries.



Oli joue cette fois dans un groupe constitué que d'amis tambours avec notamment Philippe, l'instructeur tambour de l'armée Suisse. On a pu reconnaitre

quelques standards balois que nous avions reçus quelques jours auparavant. Nous nous sommes ensuite dirigés au magasin Schlebach pour admirer leur savoir faire. Ce magasin spécialisé dans les tambours suisses était ouvert un peu comme une chapelle de carnaval dunkerquois avec pompe à bières et sandwichs saucisses. Mais cette fois c'est bien le showroom qui nous interessait et les magnifiques futs exposés. Cerisier, hêtre, bubinga etc... il y en avait pour tous les goùts.


Sur le chemin, une question nous revenait souvent en tête. Quel était ce badge portait si fièrement par la quasi totalité des musiciens et du public ? Notre hôte nous explique que c'est "le financement à la suisse" ! En effet, tous les groupes viennent et jouent gratuitement. Chaque association crée également les très beaux costumes gratuitement! Alors pour financer tout cela, une vente de badges est organisée dans de nombreuses boutiques du centre mais aussi de façon itinérante par des "guides". Chaque couleur de badge a un prix, de 10 à 100 francs suisses. De quoi permettre à tous ces groupes d'amateurs de perpétuer leurs traditions. Il n'attendent aucune subvention et participation financière pour jouer ! C'est parfois ce qui nous est peut être un peu sorti de l'esprit en France comme nous le faisait remarquer un autre suisse des Drumtasticks à Saint Brieuc 2019. Pour terminer la journée, direction la grande parade des fanfares et les concerts ! Cette fois, plus de tambours mais bel et bien des sortes de grandes Bandas déguisées. Après une dernière tranche de raclette, il était déjà temps pour nous de quitter cet univers si fascinant et toutes ces belles rencontres. Ces deux jours passés au fastnacht étaient pour nous un vrai moment d'échanges. Nous n'avons pas vu toutes les activités touristiques qu'il fallait voir mais ce n'était pas le but. Les discussions et le vécu auprès des locaux sont les meilleurs moyens de comprendre le terroir et les coutumes! La prochaine avec nos élèves ?




Si vous souhaitez vous aussi rencontrer Oliver Fisher, rendez-vous les 22 et 23 avril 2023 aux Orbatum Days ! Toutes les infos par ici :


Alexandre.

131 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page